Vous êtes sur la page tout à fait perso de Pierre Saunière, à Nantes (Loire-Atlantique)

concernant un hobby passionnant : le cinéma 16mm et les films Scopitone

Bienvenue sur le site perso de Pierre Saunière,

Découvrez les différents chapitres en cliquant sur les boutons ci-dessus (attention, je suis bavard !)

Histoire d'une collection

Ces 3 chapitres présentent l'aventure d'un collectionneur/amateur de films et de Scopitones
© copyright - - Pierre Saunière

Bienvenue sur le site perso de Pierre Saunière,

Introduction


L'histoire d'une collection... ou du collectionneur


Les hasards d'une vieille passion de chineur m'ont fait découvrir - et acheter - il y a quelques années, sur un marché aux puces, un vieux rêve : un projecteur ciné 16mm sonore.

Depuis, j'apprends progressivement les ficelles de cette technique, me documente, achète des films documentaires divers, des actualités d'époque, des films publicitaires, des longs métrages, j'ai aussi découvert chez un ami les "scopitones", qui m'ont rapidement fait changer le projecteur Bell et Howell d'abord pour un Eiki RT2 avec les 2 sons : optique/magnétique, puis pour un magnifique Bauer trouvé sur un autre vide-grenier.

Ainsi débute l'histoire d'une collection, certes un peu lourde et encombrante, mais passionnante et tentaculaire tant elle peut partir dans des directions différentes... A chacun ses préférences...

Le format 16 mm


Etendue de ce format 16mm


Avant la vidéo, le 16 mm était le format classique de l'ORTF, des écoles, des films d'entreprises, des salles de préventions/formations, notamment sur la sécurité du travail, ainsi que bon nombre de salles de projection cinema semi-professionnelles, ciné-clubs (j'ai moi-même découvert et commencé à aimer le cinéma dès l'école primaire, l'école St Clair, à Nantes, où le frère Camille nous projetait "La grande vadrouille", les Fantomas avec Jean-Marais, La Grande évasion, Le Corniaud, et un tas de Laurel et Hardy, de Charlot...). Puis, dans la culture cinéma de ma jeunesse, il y a eu quelques salles, dont plusieurs n'existent plus aujourd'hui, qui m'ont marqué : la salle Pipaud, cinéma paroissial rue Sarrazin à Nantes (je pense que c'était du 16 mm), le cinéma "La Caravelle" à Tharon -Plage, cette bizarre salle où l'on traversait un bar qui reproduisait l'intérieur d'un caravelle (le bateau, pas l'avion). J'ignore aussi si c'était du 16mm ou du 35 mm, en tout cas, j'ai un souvenir d'y avoir dévoré "Le casse", d'Henri Verneuil, entre autres films. Et bien sûr, le cinéma de St Michel-Chef-Chef, où je faisais les étés une cure de cinéma (merci à mes parents qui m'offraient toutes ces entrées)...

C'étaient les années soixante, et si les scopitones commençaient à égayer les brasseries dans les grandes villes, ainsi que certains forains comme à la Foire de Nantes sur le cours St Pierre, j'étais en revanche trop jeune pour en "voir" un à cet âge. Dommage, la technique, qui m'a de tout temps intéressé, m'aurait bien plu !. Le 16 m/m est donc la largeur du film, ce format offre une bonne qualité de projection, de films sonores, pour un poids (oui, le poids a son importance dans ce type de support !) nettement plus léger que le 35 mm. En effet, que ce soit pour des raisons de coût (fabrication), de stockage, ou de transport (coût directement lié), le 16mm offrait (et offre toujours, aux collectionneurs, dont je fais partie) un excellent compromis.

C'est dire la richesse de tout ce qui existe, ou a existé, la richesse des documents d'époque que l'on peut visionner avec plusieurs lectures possibles, celle du témoignage de l'époque (la mode, les coiffures, le style, la musique et le ton des commentaires) primant souvent sur le sujet ou le film lui-même !
Pour prendre contact : pierre@ateliergraphique.com

Les scopitones (histoire et technique)


Qu'est-ce qu'un "Scopitone" ?



Ci-dessus un appareil Scopitone, le ST16
Et puis, bien sûr, j'avoue avoir un faible pour le charme des films Scopitones, une mine de souvenirs colorés et sonores de l'époque yéyé...


Rapide historique de la machine Scopitone
    Au début des années 60, un ingénieur de la société CAMECA créa une sorte de juke-box (en photo ci-dessus) pouvant passer des petits films 16mm sonores sur un écran dépoli, la vague des scopitones allait déferler avec les yéyés dans les bistrots (de luxe). D'excellents articles existent sur le net, je ne sais si je peux mettre des liens ou s'il faut l'autorisation, mais vous pouvez trouver facilement par votre moteur de recherche.


Un grand merci à Bob Orlowsky pour les quelques photos empruntées, avec son accord.
J'en profite pour mettre un lien vers son excellent site (en anglais) : www.scopitonearchive.com
Thank you to Scopitonearchive.com for these photos."
Ce qui existe en films Scopitones
    Témoignage de toute l'époque yéyé, mais aussi de Brel, Moustaki, Guy Bedos, on replonge dans sa jeunesse, avec la naïveté des tournages "à pas cher", faits en play-back pour la plupart, avec les décors d'époques (soit naturels - des superbes vues de Paris, notamment dans un scopitone de Pétula Clazrk - soit en studio). Nostalgie garantie : revoir Johnny Halliday, Antoine, Eddy Mitchell et les chaussettes noires, Sylvie Vartan, France Gall, Françoise Hardy, Jacques Dutronc, Michel Polnareff, Les Surfs, Henri Salvador (de nombreux scopitones...), Dick Rivers, Pétula Clark, Sheila, Danyel Gérard, Claude François, Sacha Distel, Hugues Auffray, Dalida, etc... , ou même des non-yéyés, mais "séquence nostalgie" garantie, comme Pierre Perret , le superbe "Nathalie" de Gilbert Bécaud, Bobby Lapointe, Georges Moustaki, Fernand Raynaud, Pierre Dac et Francis Blanche, et même Fernandel (Le Tango Corse... c'est de la sieste organisée !) dans ces petits films 16 mm Scopitone, l'ancêtre des vidéo-clips, où l'on peut se régaler en écoutant (car la bande-son sur piste magnétique est souvent bien supérieure à la qualité du son optique) et en regardant, souvent dans des couleurs rouge/rose car la pellicule a viré, les très courts métrages (3 mn), tournés à la va-vite avec les moyens du bords, parfois par des futurs grands réalisateurs comme Claude Lelouch, d'autres par Davis-Boyer, Gérard Sire ou Alexandre Tarta, toutes les vedettes des années 60, et même début 70 (jusqu'à la vidéo), c'est un vrai régal, je vous dis !

Un peu de technique...


    Les scopitones (on appelle par habitude un scopitone un film de 3 mn) exploitaient une technique de son différente de la plupart des films en 16mm : alors que ce que l'on appelle le son optique est une piste développée (au sens photographique) en même temps que le film (donc en une seule opération, on dupliquait à partir d'un négatif et le film, et le son), le son magnétique consistait à coller une piste magnétique sur la bande latérale du film, avec un nombre d'images différent du décalage du son optique (afin de pouvoir avoir des projecteurs mixtes, sans tout démonter d'un choix de son à un autre...). C'était bien sûr plus long à dupliquer, car il fallait alors 2 étapes, l'une photographique, l'autre consistant dans un enregistrement magnétique.

Il y eut assez peu de films en son magnétique (excepté la grande facilité de sonoriser un film soi-même, ce qui se faisait dans les facs, à l'ORTF), les scopitones font partie de ces films (probablement pour obtenir un son vraiment superbe, très proche de la Hi Fi de l'époque).

Au passage, un petit commentaire sur une contre-vérité que chaque collectionneur de scopitone a pu vérifier : alors qu'il est couramment admis qu'un enregistrement magnétique a une durée de vie très courte, on remarque que la sonorité des scopitones est toujours excellente, souvent plus de 40 ans après, et pour des bandes (films) ayant passé des centaines de fois...
Ci-dessous une photo de bobines de films Scopitone, qui étaient montées dans la machine à sous Scopitone :



Dommage, à cause des droits, je ne peux que montrer les bobines, parce que, pour les amateurs des sixties, il y a un IMMENSE choix, il y en a pour tous les goûts !

Des usages détournés de la machine Scopitone...


Lorsque l'on est collectionneur, il arrive que l'on fasse des découvertes originales, ou bien que l'on ait des informations par des contacts : en ce qui concerne le Scopitone, j'ai découvert récemment 2 usages détournés qui avaient existé : l'un bien légal, l'autre que je soupçonne fort d'avoir existé de manière masquée !

En effet, un collectionneur m'a dit avoir acheté des films scopitones de... formation sécurité pour des mineurs de fond ! Certainement le coté automatique et autonome de la machine qui avait dû séduire la société minière...

Et puis, en achetant un lot de films scopitones, je suis aussi tombé sur une bobine... très hard, en noir et blanc, sans son, montée sur une bobine plastique scopitone ! J'imagine le cafetier coquin de l'époque, indiquant avec un clin d'oeil complice à ses clients "particuliers" le "titre" du dernier tube à la mode qu'il fallait absolument regarder !!



Le projectionniste avec un jeune apprenti, ou Cinéma Paradiso...
(quand j'étais petit, je regardais mon père projeter du 8 mm...)

Ma collection

Ces sections présentent quelques pistes de ma collection...
© copyright - - Pierre Saunière

Bienvenue sur le site perso de Pierre Saunière,

Divers (sièges cinéma)

Quelques fauteuils, histoire de regarder confortablement, et de rester "dans l'esprit" des vieux films !



Ci-dessus, les premiers sièges que j'ai achetés, place Viarme, à Nantes, au marché aux puces.
J'en ai acheté 2 paires, les ai restaurées (repeint couleur or les flasques en fonte d'aluminium). Confortable, mais pas plus d'une heure !


Ci-dessus un groupe de 3 fauteuils Fischel, donné par un ami qui avait vu ceux de dessus. Bien plus confortable, on tient un film entier. C'est en démontant l'une des coques arrières que j'ai pu "pister" l'origine, en y trouvant le ticket en photo plus haut : ces sièges proviennent donc de l'ancien cinéma "Palace", à Nantes. Celui-ci se trouvait rue Scribe, un peu en-dessous l'ancien Ariel.

Au passage, le ticket étant en anciens francs, on peut dater ces sièges des années 50.

Détail de la marque Fischel (célèbre fabricant de fauteuils), dans la fonte des montants latéraux
(ils sont lourds, mais tellement beaux et confortables !)


Et enfin voici ci-dessus mon dernier équipement, extrêmement confortable, toujours trouvé place Viarme, au marché aux puces de Nantes. Là, j'ai encore craqué, j'en ai pris deux. Puis deux autres. Mais c'est terrible, un esprit collectionneur, plein de surprises, de plaisirs. En fait, je ne collectionne pas (çà ne se voit pas !) les fauteuils cinéma, je craque juste sur ces objets, utiles, beaux, confortables, et qui agrémentent ma collection de films !

Les projecteurs 16 mm

Après les sièges, les projecteurs (dans l'ordre d'apparition à l'écran !)

Ci-dessus mon premier projecteur 16mm, trouvé aux puces de Nantes, place Viarme
Un Bell&Howell Filmosound 2580
Un vieux rêve se réalisait, projeter des films sonores... Vite, il fallait trouver une bobine de film (+ une débitrice !) pour essayer cette merveille !
Ci-dessus mon deuxième projecteur 16 mm, un Eiki RT2, acheté sur un salon de la photo, à Varades.
Celui-ci permettait le son magnétique en plus du son optique : vite, des Scopitones pour essayer cette superbe machine !


Et ci-dessous, mon projecteur actuel, un Bauer P6 automatic TS, en projection. Son optique et magnétique, tout ce qu'il faut... La valise à coté est celle d'un long métrage.
Un excellent projecteur, assez silencieux, seul défaut : le déchargement (ou le chargement) du film est quasi impossible en cours de projection.
Le même Bauer P6, sur sa caisse, prêt à projeter, il y a même l'affiche Scopitone d'époque... Au passage, on peut voir la tranche du film couleur bande magnétique, il s'agit bien d'une bobine de 600 m constituée d'un montage de films scopitones...


Ci-dessus, en illustration, un ticket retrouvé en démontant un ancien siège cinéma. Quelqu'un a-t-il connu ce cinéma "Palace", à Nantes, rue Scribe ?


Films 16 mm (documentaires)

Le 16mm était le format de l'éducation, de la télé, de la formation, des reportages...

Certains films ou documentaires sont passionnants quant au "Polaroïd" de l'époque qu'ils représentent. Qu'ils soient films techniques destinés à l'enseignement ou à la formation, ils sont le reflet d'une époque.

La SNCF avait tout un service de cinéma, que ce soit pour la formation, avec de splendides vues de locomotives à vapeur, et même de courts métrages qui étaient projetés dans certaines gares, pour distraire les voyageurs en transit... J'en ai un très chouette avec Robert ROCCA, court métrage avec beaucoup d'humour, servi par des textes ironiques... Certains films de formation étaient même tournés avec de "vrais" acteurs, comme Christian Clavier !


En documentaires, il en existe sur tous les sujets, et certains étaient remarquablement bien faits. Que ce soit sur la fabrication de la pâte à papier au Canada dans les années 40 ou bien sur l'aviation civile en 1960, sur les "nouvelles" méthodes de fabrication (années 40) par moulage de la bakélite (moulage d'un poste de radio au look forcément très rétro...) ou encore la fabrication des cartes en relief à l'IGN, il y en a pour tous les goûts !

Films 16 mm longs métrages

Les longs métrages, ça devient sérieux...



  • Les longs métrages, plus difficiles à trouver, ont souvent un coté rétro que j'apprécie aussi. Çà peut être parfois le pire des navets, inexistant en VHS ou DVD, qui représente un petit trésor car totalement inconnu ! On trouve pas mal de films inconnus, même dans les sites spécialisés, souvent avec des acteurs, eux, fort connus. Tombés dans l'oubli, c'est un plaisir que d'exhumer ces tranches de vies... Je me constiue ainsi une petite cinémathèque personnelle assez hétéroclite, allant du grand classique au pire navet, en noir et blanc comme en couleur, du format 1/33 au cinémascope.


  • Les bande-annonces...

  • Et, en sous-catégorie des longs métrages, les bande-annonces , que je colle sur des bobines de 300 ou 600 m, et qui constituent des projections complètement hétéroclites, comme parfois on peut voir à la TV "la nuit de la bande-annonce". Je les ai montées en 2 formats, donc 2 bobines : 4/3 et cinémascope. J'ai en effet un objectif Hypergonar qui permet de projeter des films tournés en cinémascope, c'est un deuxième objectif que l'on rajoute devant l'objectif habituel, et qui re-déforme l'image par une anamorphose. En clair, l'image sur le film est complètement déformée dès la prise de vue (les personnages sont très maigres et très hauts, par exemples)tout simplement en intercalant le même type d'objectif devant la caméra. Et là, une projection en cinémascope 16mm, sur relativement grand écran, c'est grandiose ! Le plus grand des écrans plats actuels peut aller se faire laminer...
  • Dans les bande-annonces là aussi, on tombe sur des surprises ! Par exemple Isabelle Adjani à 15 ou 16 ans, dans "Le petit bougniat", ou bien des BA superbes de... navets (là, je ne citerai rien.) Des films oubliés, des textes en travers complètement allèchants, aux typographies étudiées, avec souvent en voix-off le même texte, d'un ton impératif, des fois que l'on aurait mal lu...

Les actualités, l'ORTF, les films publicitaires

Les films d'actualité, ou "les actualités" en 16mm..



  • Les films d'actualité, assez courant, au ton et la naïveté de l'époque (à moins que ce ne soit la censure ou l'autocensure...) A une époque ou la télé était inexistante (début des années 50) ou bien lorsqu'elle naissait (60'), les actualités étaient appréciées dans les salles ! Sur un plan historique, on y retrouve évidemment les grandes lignes de l'époque, avec les rubriques sport, politique, culture, etc...

Feuilletons ORTF, émissions diverses, reportages en 16mm



  • Et puis il y a bien sûr les feuilletons TV, souvent complètement oubliés aujourd'hui, des années 60. J'en ai quelques uns, parmi les séries"Le grand Chapparal" et "Les Voyages de Jamie McPheeters" (1964), avec un certain Charles Bronson, pas du tout comme "starring", mais en personnage bien secondaire (en cowboy, déjà)...

Les petits films publicitaires en 16 mm



  • Les petits films publicitaires sont rares dans ce format, mais délicieux. Je suis bien sûr preneur si quelqu'un en a à vendre. J'en possède un "BUTAGAZ" du début des années 50, superbe : un véritable petit scénario, en noir et blanc, et une voix-off d'un style tellement 1950 !

Les films musicaux, de chansons chantées ou d'orchestres

Les films d'origine TV

  • Ces films sont des enregistrements studio. J'en ai un super de Georges BRASSENS, chantant 3 chansons.
  • Il existe aussi des films de productions ORTF, d'émissions de variétés, j'en ai une avec Mouloudji, Pierre Perret et Colette Renard, dans une version édulcorée de "La demoiselle"

Les soundies

L'ancêtre des scopitones, les soundies



Les soundies, ces films 16mm américains de groupes des années 30 et 40, destinés à des machines à sous (ci-dessous, quelques photos publicitaires de ces appareils, glanées sur le net)
  • Ces films étaient destinés à des machines à sous, montés en bobines. On ne choisissait pas son titre, on mettait un quarter dollar, et on voyait le film suivant, en noir et blanc, car les morceaux étaient collés les uns derrière les autres, sur des bobines de 600 m (comme çà se passait aux USA, çà devait être plutôt en pouces...). C'est en quelque sorte l'ancêtre du Scopitone. J'en ai plusieurs, c'est très sympa (notamment les Eton Boys, un groupe des années 30, genre les 4 barbus ou les frères Jacques, et puis d'autres, plus swing, plus jazz...). De bons témoignages musicaux américains de l'avant-guerre, puis même de la guerre (I love america, avec en fond des militaires, des parades d'avions, etc...), ça swing pas mal, certains clips, tournés en studio, sont marrants !
Les amateurs (rares en France, je pense) essaieront de se procurer ce livre (ci-dessus)...

Les scopitones (les films)

Les films Scopitones


Et puis, bien sûr, j'avoue avoir un faible pour le charme des films Scopitones , une mine de souvenirs colorés et sonores de l'époque yéyé...

Evidemment, monter bobine après bobine dans le projecteur est vite fastidieux, aussi, après avoir fait de nombreux montages à la colle-ciment, j'ai depuis peu acheté une colleuse à Scotch 16 mm professionnelle comme sur la photo ci-dessous. Je monte donc les titres les uns derrière les autres, en bobines de 300 m ou 600 m (20/25 mn et 3/4 heure)




Une partie de ma collection


Voici une partie de ma collection, avec quelques bobines de scopitones (films montés en bobines 600 mètres) :




Recherche de films Scopitone


Si vous possédez ce genre de films, et que vous souhaitez vous en séparer, contactez-moi SVP. Je suis bien sûr ouvert aux échanges entre collectionneurs...
Voici mon email (même pour simplement discuter sur ce sujet !) :
pierre@ateliergraphique.com
Comme tout collectionneur, j'ai donc quelques quêtes :

Achète ou échange films "Scopitones"

Ça y est, je viens de trouver le film scopitone du deuxième "épisode" du Fakir, de Pierre Dac et Francis Blanche, que je cherchais depuis longtemps ! J'ai aussi trouvé de Michel Polnareff : "Le bal des Lazes" (toute ma jeunesse...), merci aux l'internautes sympathiques qui m'ont contacté suite à mes recherches...
Ci-dessus une des affiches que les cafetiers recevaient avec les bobines des "nouveautés"

Pistes pour collectionneurs ou amateurs...

Le coin des collectionneurs
© copyright - - Pierre Saunière

Bienvenue sur le site perso de Pierre Saunière,

Ce que je vends en films 16 mm


Parmi les films que je vends...


Ici commence une petite rubrique achat vente pour les collectionneurs
A vendre :
Je vends quelques documentaires ou films de prévention, années 1950/1960
Tous ces films sont réservés aux collectionneurs, et en ce sens la reproduction, la projection en séance publique sont interdites. La projection doit se faire exclusivement en séance privée.

J'ai quelques longs métrages à vendre en 16 mm, sonore optique et en français exclusivement
- Le défi, de 1958, de Francesco Rosi (son premier film), avec Decimo Cristiani, Pasquale Cennamo, Rosanna Schiaffino... film en noir et blanc, son français. 2 galettes de 600 m, (noyau ORTF) très bon état, de belles vues de l'Italie des années 50.
Dans une " courée " de Naples, Vito Polara habite avec sa famille et vit de trafics louches. Une grève de transporteurs qui compromet le ravitaillement de la ville lui montre qu'il y a gros à gagner dans l'achat direct et la revente au-dessous du cours fixé pour les légumes. S'étant lancé dans l'opération, il ne tarde pas à se heurter à Salvatore Ajello qui mène le "gang des légumes et primeurs". Non sans mauvaise humeur, Ajello consent à faire une place à Polara attendant l'occasion de pouvoir l'anéantir.

- La femme aux bottes rouges, de 1974, de Juan Luis Buñuel avec Catherine Deneuve, Fernando Rey, Adalberto Maria Merli, Jacques Weber. Film en couleur, bon état. On sent que mai 68 n'est pas loin...
- Et puis de temps en temps, je me décide à me séparer de quelques bobines...

Ce que je recherche...


Avis à la population !


Je ne suis pas difficile, à peu près tout m'intéresse, étant curieux de nature, et aimant bien les vieilles choses, les techniques anciennes...

Il m'est plusieurs fois arrivé d'acheter des bobines... sans savoir ce qu'elles contenaient, car les gens qui ont des films n'ont souvent pas de projecteur en état de marche. Généralement, les bobines sont étiquetées, car les anciens utilisateurs devaient savoir ce qu'il y avait dans les boîtes, mais il arrive qu'il y ait des surprises. J'aime assez faire revivre ces vieilles pellicules, on ne sait jamais ce sur quoi l'on tombe, c'est intriguant et excitant.
Tous ces films sont réservés aux collectionneurs, et en ce sens la reproduction, la projection en séance publique sont interdites. La projection doit se faire exclusivement en séance privée.

Ce que je vends en Super 8


Et oui, j'ai commencé par du Super 8...




Ci-dessus, un lot important de 8 bobines Super 8

Pour faire offre ou prendre contact, voici mon email :

pierre@ateliergraphique.com
Je vends donc ce lot de films muets, noir et blanc, en super 8, montés en 8 grandes bobines : il y a des heures de projection

Parmi les nombreux titres :
  • Bobine 1 : Popeye "Prêteur sur gages", "Planteur d'épinards", "Popeye chez les cannibales" environ 120 m
  • Bobine 2 : Laurel et Hardy, "Les bricoleurs", "Wagons-Lits", "Dents-Dents"
  • Bobine 3 : Laurel et Hardy, "Une partie de golf", "Une dépression nerveuse", "Les joies du mariage". environ 120 m
  • Bobine 4 : Laurel et Hardy, "Prenez garde au lion 1", "Prenez garde au lion 2", "Gai, gai, marions-les !". environ 120 m
  • Bobine 4 : Popeye toréador", "Concert du bûcherons", "L'enlèvement de Popeye" environ 120 m
  • Bobine 5 : "Prêteur sur gages", "Planteur d'épinards", "Popeye chez les cannibales" environ 120 m
  • Bobine 6 : "Plutot aviateur", "Ballade en mer", "Jungle foot", "La révolte des joujoux" environ 160 m
  • Bobine 7 : "Charlot et Mabel aux courses", "Ch. la vedette", "Laurel et Hardy : Poursuite à Luna Park" environ 150 m
  • Bobine 8 : Tom et Jerry : "Le petit oiseau", "Le phoque", "Le lièvre et la tortue" environ 120 m

Où trouver des films ?


Quelques pistes de recherche...



Tout d'abord, les deux grands rendez-vous annuels : - Les Cinglés du cinéma, à Argenteuil, tous les ans en septembre - La foire à la photo et au cinéma, à Biêvres, tous les ans début juin. - Ebay, bien sûr, et quelques boutiques spécialisées, à Paris ou en province.
Mais le plus intéressant, c'est souvent l'échange ou la vente entre collectionneurs ou non-collectionneurs. Certains marchands spécialisés sont parfois des mines de films, les contacts sont très souvent bien sympathiques.

Pour ma part, j'ai tissé, par différents moyens dont celui que vous lisez en ce moment, un petit réseau de contacts ou l'on échange les adresses, les services (l'ami Bernard, qui m'a fait un "télédépannage" électronique sur l'ampli de mon Bauer se reconnaîtra au passage), et bien sûr des films.

- Et enfin, comme toujours, les hasards des puces et vide-greniers... Je suis tombé un jour porte de Vanves sur une grande collection de films en 16 mm ! Mais là, c'est très rare.

Projectionniste "en vrai" !

Lorsque la passion se prolonge dans le bénévolat
© copyright - - Pierre Saunière

Bienvenue sur le site perso de Pierre Saunière,

Projectionniste bénévole, dans un vrai cinéma...


La cerise sur le gâteau : du 16 au 35 mm


Depuis plusieurs années maintenant, je suis entré comme bénévole dans une association qui s'occupe de faire tourner un cinéma dans une petite ville près de Nantes. J'ai donc la chance de projeter du vrai de vrai cinéma, en 35 mm, sur un matériel très professionnel (Victoria V de Cinémécanicca) avec son Dolby SR et DTS, le top de ce qui se fait aujourd'hui en son...
Bien sûr, depuis 2012, nous projetons surtout en numérique, la salle étant très bien équipé d'un Christie très moderne, offrant ainsi la qualité et la souplesse du cinéma numérique. Heureusement, il reste encore quelques films en 35 mm, souvent pour les séances "enfants", et là, c'est à peu près toujours moi qui m'y colle... C'est pour moi un plaisir inespéré, une chance que d'avoir fréquenté d'abord comme spectateur régulier, puis d'être entré dans cette assoc. Ce cinéma s'appelle "Jacques DEMY" (mon beau-père était à l'école avec lui, à Nantes), et il se trouve à La Chapelle Basse-Mer (renommé récemment Divatte sur Loire), la salle est superbe, la programmation très bonne, récente, c'est un réel plaisir que d'aller au cinéma dans de telles conditions...

http://www.cinema-la-chapelle-basse-mer.fr

Projectionniste 35 mm...


De 250 W à 3 kW, du son mono au Dolby Digital 5.1 et DTS

Ci-dessous moi-même, dans la cabine :



(à gauche, toute l'électronique Dolby et DTS, derrière, les films sont montés sur un grand dérouleur/enrouleur)
A l'instant où la photo a été prise, seules les bandes-annonces sont chargées (la petit bobine noire à coté de ma tête). Pendant l'entracte, on charge le "grand" film.

CAP de Projectionniste 35 mm et numérique

Octobre 2011 : une idée me trotte dans la tête. Moi qui suis un autodidacte, qui n'ai pas fait d'études autres que ce que j'appelle "l'école de la vie", qui suis sérigraphe à mon compte depuis 18 ans sans avoir le moindre CAP (mais j'ai siégé une quinzaine d'années au CA de l'Ecole des Métiers de l'Imprimerie de Nantes, école formant... les CAP de sérigraphie !), qui j'ai brillamment échoué au bac en 1977, je n'ai donc pas le moindre diplôme en poche. Cela ne m'a jamais manqué, ni professionnellement, ni dans ma tête, mais si, pour le fun, pour le plaisir, par esprit de contradiction (avoir un diplôme... qui ne me servirait à rien !), si, donc, je m'amusais à passer un CAP, à 53 ans ?

Renseignements pris, je m'inscris donc, avant le 15 novembre, en candidat libre. Damien, un "collègue" bénévole s'inscrit également, comme ça on préparera et passera ensemble les examens. Dans l'équipe des bénévoles, une fille vient de rentrer, qui a passé son CAP il y a 2 ou 3 ans : elle nous prêtera ses cours, merci encore à Christine pour ce prêt très utile.

Et là, je découvre ce qu'est la préparation d'un examen, y compris d'un CAP, dont la préparation est d'un niveau très supérieur à l'examen lui-même : l'optique, l'acoustique, l'électricité, l'électronique, tout y est poussé jusqu'à un niveau assez élevé, largement ce que j'avais comme souvenir au bac. Par exemple, étudier un montage d'alimentation en tri-phasé avec 3 redresseurs basse tension en parallèle, et bien je ne savais pas que ça existait, et pourtant le cinéma (la lampe, le Xénon comme on dit) peut avoir ce besoin, pour les très hautes intensités, genre 7 Kw, qui déséquilibrerait une installation monophasée (désolé, on est un peu loin du 16 mm amateur...)

J'apprends donc tout un tas de choses passionnantes, d'autres nettement moins, mais utiles toutefois (un cinéma est un ERP, Etablissement Recevant du Public, on doit donc connaître toute la législation sur les ERP, le projectionniste étant responsable de sa salle, qui peut être un complexe de plusieurs centaines de personnes). Et puis le CAP que nous préparons est double : à la fois numérique et 35 mm, on doit donc apprendre le numérique, alors qu'on n'est pas encore équipé...

Et là, heureusement, la solidarité artisanale, ce que j'appellerai le corporatisme positif, que l'on retrouve dans chaque métier, intervient : pas un cinéma, pas un complexe, un cinéma associatif, un projectionniste itinérant ne refusera de faire visiter sa cabine, de montrer son système, son matériel, et donc nous avons passé plusieurs après-midi (les week-end, le jeudi de l'Ascension même) dans les cinémas de la région, avec toujours des personnes disponibles, nous donnant des bonnes informations. J'en profite pour remercier au passage toutes ces personnes : Cyril, Cédric, Emmanuelle, Jean-Paul, Françoise et d'autres dont je n'ai pas retenu le prénom, des cinémas de Nantes et des environs de Nantes, le Loroux-Bottereau et même Talmont St Hilaire.

Puis le mois de mai 2012 arrive, avec les convocations aux examens (il y a en a 5 pour moi car, n'ayant pas le moindre diplôme, je ne suis pas exempté de la culture générale, je dois donc passer des épreuves de français, d'histoire-géographie, de maths/physique, de chimie). Ces épreuves... ne le furent pas, à vrai dire, j'ai même "éprouvé" un certain plaisir à attendre dans les couloirs, avec des jeunes qui passaient leur CAP de plombier, plaquiste, coiffeur, certains anxieux, bien sûr, moi serein. Evidemment j'intriguais et les candidats, et les surveillants ou les examinateurs.

Damien (directeur d'école) a croisé un de ses anciens élèves. Moi, j'ai croisé le jeune qui préparait son CAP de sérigraphie en alternance... dans ma société. Et là, pendant le passage de ces examens, et bien je n'ai pas honte de dire que j'ai connu l'angoisse de ne pas réussir. Non que je ne sois pas sûr de mes connaissances (celles en numérique étaient un peu incomplètes, car sans réelle pratique), mais tout simplement alors que nous (Damien et moi-même) nous y étions inscrits en se disant "Bon, on ne risque rien, ce n'est pas grave si on ne l'a pas", et bien 8 mois après tous les amis, toute la famille, toutes les 55 personnes de notre cinéma, tous les salariés de ma société (qui ont tous leur CAP !) et... tous les profs, confrères, administratifs de l'Ecole des Métiers de l'Imprimerie de Nantes savaient que "Pierre passe un CAP de projectionniste". Pas l'air fin, le Pierre, s'il échoue... Le 5 juillet, un coup de fil m'informe la "grande" nouvelle : nous l'avons !

Ouf, je suis fier, probablement de la même fierté que mon collaborateur Vincent qui, en passant son CAP de sérigraphie en candidat libre alors qu'il était en reconversion par un Contrat de Qualification Professionnelle dans mon entreprise - et ayant un Bac +3 - m'a déclaré que ce CAP était le diplôme dont il est le plus fier.

Si je suis aussi bavard à propos de tout cela, c'est parce que j'aime montrer et encourager d'autres personnes (à mon âge, je dois dire les jeunes) à vivre leur passion, à prouver que l'on peut y trouver de nombreuses satisfactions, personnelles, intellectuelles, relationnelles, sociales, que l'homme n'a jamais fini d'apprendre, que l'on peut vivre sans diplôme, mais aussi que préparer un examen est enrichissant, que le partage d'une passion au travers d'une association est quelque chose d'exceptionnel, qui ne s'enseigne qu'à l'école de la vie, l'école que chacun peut se façonner selon ses moyens en temps, volonté, mais qui ne s'apprend ni à l'école, ni même à la maison (en ce qui me concerne, mes parents étaient réfractaires à toute association, tout partage, tout humanisme, tout échange. Je pense m'en être bien sorti !)

Le numérique, révolution ou évolution ?

Depuis août 2012, la grande révolution du numérique est également passée dans ce cinéma : quasiment plus du tout de 35 mm, mais un projecteur numérique superbe (Christie 2220) a été monté à coté de notre bon "vieux" Cinémécanicca Victoria V, avec toute la panoplie de serveurs, PC de commandes, réseau obscur et système 3D actif.
Comme bon nombre de projectionnistes, l'adaptation s'est faite relativement facilement, avec comme un certain regret de cette magie des projecteurs traditionnels "à pellicule", capables à partir d'un simple film de sortir une image animée et le son synchro qui va avec... Mais attention, il faut vivre avec son temps, et si l'on a perdu une partie du plaisir de la projection "classique", en revanche le numérique m'a apporté le plaisir de pouvoir faire soi-même des petits montages, des bandes-annonces pour des actions que l'association effectue, et le tout en qualité pro, avec de la haute définition.
Un peu de technique informatique : mis à part PhotoShop, je n'utilise que des logiciels de type Open Source, c'est à dire gratuits, développés par une communauté de programmeurs basée plus sur le partage que sur le profit. PhotoShop sert à travailler les images, et les amener à la définition exactement souhaitée pour le DCP que l'on veut faire (j'aime bien faire des BA en scope, juste pour le plaisir de projeter mon travail en salle, en plein écran. Je choisis alors une résolution de 858 x 2048 pixels, ce qui au passage permet même à partir d'un appareil photo peu onéreux d'avoir une projection superbe. Un petit travail sur l'image, un recadrage, et l'image est prête. Au niveau de la plateforme, j'utilise un Macintosh bien sûr, soit portable, soit de bureau. Et puis après j'utilise MPEG StreamClip, Audacity pour le son, et OpenDCP pour assembler le tout. C'est là qu'il faut un Mac assez rapide, car on se retrouve vite à gérer des milliers, voire des dizaines de milliers de fichiers à gérer. Il y a de routines pour ça, des astuces parfois, mais on reste à faire du cinéma, en 24 ou en 25 images par seconde, donc en 24 ou en 25 fichiers par seconde.
Fabriquer son propre petit DCP soi-même, avec une qualité d'image incomparable, faire ses images et les voir après projetées sur grand écran, même si je m'écarte un peu de l'aspect collectionneur qui est l'objet principal de ce site, je suis néanmoins toujours dans la projection, puissante, relativement facile et... créatrice (on n'hésite pas à se faire une bande-annonce pour faire un peu de pub, interne au ciné, pour la soirée Halloween ou notre festival de février !)

Réalisation complète d'un film diaporama en 3D, au format cinéma DCP 3D


Technique :

Passionné de projections et d'informatique, tout en aimant faire revivre les vieux objets, j'ai eu l'idée de tester la possibilité de scanner des vieilles vues stéréoscopiques de mon grand-père qui avait rapporté ça de Verdun, puis de les monter dans un film numérique en haute résolution, en exploitant au maximum les possibilités du projecteur numérique dont nous sommes équipé.
Je les scanne, sépare les fichiers "œil droit" et "œil gauche", et en fait un film stéréoscopique (3D). C'est impressionnant, car j'exploite au maximum la hauteur de l'écran (1080 pixels de haut), et on se retrouve donc avec des images très grandes, et avec les lunettes actives, l’effet de relief est saisissant.

J’ai choisi de conserver l’authenticité de ces plaques de verres, aussi j’ai laissé intactes les différentes couleurs sépia, ainsi que les légendes dans l’ambiance parfois martiale de l’époque.
J'aime ce mélange des vieilles technologies (les vues sur plaques de verre en stéréoscopie existent depuis.. l'invention de la photo, vers les années 1850) avec la technologie très "up-to-date" de notre matériel de projection 3D, où règnent les logiciels, la manipulation d’une énorme quantité de fichiers, les transferts et autres manipulation afin d’obtenir le précieux DCP (Digital Cinéma Package), appellation du package informatique qui a remplacé les bobines de films.
Comme la mairie de la Chapelle Basse-Mer (là où j'opère comme projectionniste) organise en septembre toute une manifestation du souvenir à propos de cette guerre (avec Instant3D), j’ai donc proposé de réaliser un petit documentaire d’environ 80 diapos stéréoscopiques d’images fixes, en relief, plus quelques explications techniques réalisées en image par image en en stéréoscopie également, soit... 48 images/secondes.

La soirée a eu lieu le vendredi 19 septembre 2014 devant la salle comble au cinéma, salle Jacques DEMY à La Chapelle Basse-Mer autour de cette projection, une conférence sur le sujet a terminé la soirée.
Grande émotion lorsqu'à la fin de la projection, toute la salle a applaudi. Le sujet était assez grave, et ces vues très impressionnantes, voire choquantes ne se prêtant pas spécialement à des applaudissements, disons que je les ai un peu reçus comme adressés au travail que j'avais préparé...

J’ai bien cherché sur le net, dans les forums de projectionnistes : à ma connaissance, personne n’a eu l’idée d’exploiter avec cette technologie (complexe il est vrai) toutes ces images stéréoscopiques au cinéma. Les différents projets se limitent à l’impression sur papier avec le vert et le rouge décalés, que l’on peut regarder avec les lunettes avec filtres rouge et vert sur chaque œil. Au cinéma, les lunettes reçoivent des signaux de synchronisation émis par le projecteur sur l’écran qui obturent alternativement l’œil droit et l’œil gauche, évidemment en projetant sur l’écran l’image voulue au bon instant. Seules l’informatique et l’électronique permettent ça.


Réalisation :

4 mois environ de travail, pas à temps complet, bien sûr (j’ai un métier...), mais de bonnes soirées, week-end, vacances et journées, plusieurs séances de tests (les soirs vers 22h30, après mes soirées de projectionniste) afin de rechercher la meilleure qualité d’image ainsi que mettre au point le process de fabrication. Le tout sur un iBook 13’ Apple, avec PhotoShop Elements comme seul logiciel payant, tout le reste étant de l’Open Source glané sur le net. Un scanner de diapositives Epson de bureau, prêté par un ami formateur PhotoShop, Yves Chatain, ravi de voir ce que l'on peut en tirer en projection "full screen"" dans un vrai de vrai cinéma, et 54960 fichiers plus tard (en oui, 24 images par seconde et par œil, ça monte vite !), le bébé était là, avec toute sa beauté (photographique) et ses horreurs (de la guerre)...
Pour les photos, par définition, ce n'est pas montrable en 2D classique, je vous montre donc le matériau de départ seulement. Pour voir en 3D dans un cinéma, me contacter...


Mes coordonnées

Cliquez ci-dessous pour m'envoyer un email
© copyright - - Pierre Saunière

Bienvenue sur le site perso de Pierre Saunière,

pierre@ateliergraphique.com

Mon activité professionnelle (rien à voir avec cette page perso, mais là uniquement pour les liens)
Pour aider au référencement, quelques liens :
referencement
pour référencement
referencement
http://cerisier.ref3w.com
http://eremurus.ref3w.com
http://forsythia.ref3w.com
http://agapanthe.ref3w.com
http://bourrache.ref3w.com
referencement internet
referencement
http://www.ref3w.com http://kyotoo.hrefsite.com
http://alina.hrefsite.com
http://kimino.hrefsite.com
http://djecha.hrefsite.com
http://alarme.hrefsite.com
referencement internet
referencement
http://www.hrefsite.com fractalum
Divers
Référencement gratuit Annuaire web referencement fractalum
sérigraphie industrielle - tampographie - lexan polyester face avant - marquage à chaud - adhésifs autocollant sticker - Lettrage adhésif - Accueil - Accueil pour mobiles et tablettes - Sérigraphie industrielle pour mobiles et tablettes - Site Lexan pour mobiles et tablettes